Filmographie

2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002
2009
VIVRE AVEC 1500 EUROS
Documentaire

Les classes moyennes françaises souffrent… De la crise financière, de la dégradation sociale, de la perte de reconnaissance. Quelle est la manière de vivre de ces Français, comment se situent-ils dans la société ? Pendant un an, ont été suivies quatre familles de la banlieue parisienne à la province.
Quatre histoires racontées au fil des saisons, pour appréhender le rapport à l’argent, la manière dont on le gagne et le dépense, les économies et les privations. Quel est le quotidien de ces Français qui se disent oubliés des politiques ? Ni assez riches pour profiter sereinement de la vie, ni trop nécessiteux pour bénéficier des aides de l’état. Un constat : leur niveau de vie se situe bien en dessous de l’image véhiculée par la société de consommation et des écrans publicitaires. Pour certains d’entre eux, la précarité n’est pas si éloignée. Il faut toujours compter.

Martine habite avec sa fille Aliénor, 24 ans, dans un immeuble HLM de la ville de Pantin. Elle accumule les problèmes jusqu’à être licenciée pour faute grave, parce qu’elle décide d’abandonner son poste pour secourir sa fille dépressive. Menacée d’expulsion, Martine n’a pas d’autre choix que de vendre ses biens les plus précieux : un bronze de famille et les peintures de son défunt mari. Portrait d’une mère " courage " qui lutte pour survivre. Une perception du mal être social, même si Martine n’en perd pas gaieté, ni humour.

A 32 ans, Yann est saisonnier dans la station de ski du Mont Dore en Auvergne. Avec sa compagne Cécile, préparatrice en pharmacie, ils gagnent 2200 euros net. Pour s’en sortir ils multiplient les plans " débrouille ". Leur priorité dans la vie ce sont leurs deux filles. Yann et Cécile ne rechignent pas devant le travail mais ont le sentiment d’être payé une misère. Pour faire des économies ils ont décidé de construire eux-mêmes leur chalet. Les vacances ? Elles se passent à domicile. Un mode de vie loin de la ville et des tentations de la société de consommation, mais vivre avec ce climat rigoureux nécessite une forte dose d’abnégation et un bon réseau d’entraide familiale.

Alexandre a 24 ans. Professeur de musique, il a été muté pour sa première affectation dans un collège en Seine Saint Denis. Il gagne 1.577 euros net par mois. Avec les heures supplémentaires, ce jeune fonctionnaire se dit plutôt heureux de sa situation. Il montre son désarroi quand certains de ses élèves lui expliquent pouvoir gagner plus que lui en profitant des aides de l’Etat avec un peu de trafic en bas de la cité. Faute de moyens, Alexandre vit en colocation. Dès qu’il le peut, il retourne chez ses parents à Anduze dans le Gard. Avec un père ouvrier maçon et une mère aide soignante la nuit, Alexandre a été à bonne école pour apprendre la valeur travail " la seule qui paye " d’après lui pour construire sa vie.

Comment vivent nos retraités des classes moyennes ? A Epinay, sur les bords de Seine, rencontre avec André, ancien catcheur de 78 ans. Sa femme Marguerite a 84 ans et leur dernière fille Fabienne, 47 ans. Trisomique, elle a toujours vécu avec ses parents. André s’est battu toute sa vie pour décrocher sa petite retraite de 1300 euros. Sa femme perçoit 150 euros par mois et Fabienne, une pension mensuelle de 600 euros. André est propriétaire d’un petit pavillon familial, tout de guingois. Une maison qui nécessite d’importantes réparations. Il a du mal à faire face aux dépenses imprévues. A son âge avancé, comment arriver à obtenir un emprunt auprès d’une banque ? L’ancien lutteur ne baisse pas les bras, d’ailleurs il n’a jamais renoncé. Il a une passion dans la vie, l’orgue de barbarie, qui lui permet, en jouant les saltimbanques de financer ses vacances à St Malo.
source: FRANCE 2

Musique éditée par PLAZA MAYOR COMPANY

ALBUM DISPONIBLE EN TELECHARGEMENT!